Chenonceau

Photo : Nicole Pottier
*

Il y a des ruses au temps mort

Il y a des ruses au temps mort
de la poussière sur les fleurs du hasard
les masques charnels de l’endurance
des gestes gantés d’innocence
et puis soudain l’absence de raison
aux mots sans équivalence
inutiles et nus dans les plis du silence
perdus à la vérité de la transe d’amour
du poème interrompu

Il y a l’ombre du citronnier à l’abandon
et un doute sur le temps passé
au travers du regard des morts
un chemin de lumière lente au loin
irrigue la vaste plaine vide
et puis soudain le commencement de la peine
à trouver le chemin
le cœur si sombre
confusion de désir et de haine

Il y a tes yeux sombres
comme des soldats affamés
à la frontière du monde
et ta bouche qui nourrit
le fruit du reproche
et puis soudain tu donnes
sans raison à la soie muette
de ta peau sombre
la déchirure de l’illusion

Amin Khan
Poète algérien

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s