Feu d’artifice

Photo : Nicole Pottier

*

No bien pues de su luz los horizontes,
que hacían desigual, confusamente,
montes de agua y piélagos de montes,
desdorados los siente,
cuando entregado el mísero extranjero
en lo que ya del mar redimió fiero,
entre espinas crepúsculos pisando,
riscos que aun igualara mal volando
veloz, intrépida ala,
menos cansado que confuso, escala.

Luis de Góngora y Argote

*

Puis, à peine voit-il les horizons
– qui créaient et mêlaient confusément
montagnes d’ondes et houle de montagnes –
de leur lumière dédorés
que – l’étranger misérable rendu
à ce qui l’a sauvé des eaux féroces –
dans les ronces foulant des crépuscules,
des rocs que même atteindrait mal, volant,
une aile rapide et hardie,
– moins las qu’égaré – il gravit.

Traduction : Philippe Jaccottet

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s